Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Prof M. Ferhat: Réforme de l'enseignement supérieur..

                                      Point de vue                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

La réforme de l’enseignement supérieur sur la base d’un système pédagogique LMD, permet aux universités de répondre aux grands défis de la mondialisation, à condition de tenir compte du contexte économique et social d’un pays. Mais cette réforme peut conduire à une marchandisation de l’enseignement supérieur de plus en plus poussée et à une aggravation  des inégalités sociales.

 

                                                          Par

                                                    

   Prof. Mohamed Ferhat, ancien président d’université, Vice-Président de l'Association Intilakasup

 

Partout dans le monde,le nombre d’étudiants progresse rapidement et l’enseignement supérieur est devenu un enseignement de masse. L’ambition de tout pays est d’en améliorer la qualité. La garantie de celle-ci au sein des universités est un élément important dans le  système pédagogique LMD dit (3, 5,8), (Licence ou bachelor = bac +3ans, Master =bac +5 et Doctorat=bac+8), d’origine anglo-saxon, en vigueur en Amérique du Nord depuis des décennies. Théoriquement les objectifs les plus importants de ce  système sont d’améliorer la qualité de l’enseignement supérieur en proposant des parcours  de formation diversifiés et adaptés, d’encourager le travail personnel de l’étudiant, faciliter sa mobilité et son orientation en garantissant la capitalisation et le transfert des acquis, faciliter son insertion professionnelle en ouvrant l’université sur le monde extérieur, de permettre la formation pour tous et tout au long de la vie, de développer la recherche scientifique et d’encourager le principe de l’autonomie des établissements de l’enseignement supérieur et la coopération universitaire internationale. Expérimenté à la Sorbonne ( France ) en 1998, il a été appliqué progressivement  par chacun des pays de l’Union Européenne(UE),                                après la  conférence de leur ministre de l’enseignement supérieur à Bologne en 1999.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Pour pouvoir mettre les universités au diapason des standards européens dans le but d’offrir aux étudiants de nouvelles opportunités en matière d’équivalence des diplômes, de mobilité vers les universités étrangères et d’emploi, le Maroc a fait de même en 2003. Mais quelques années plus tard, l’Unesco et la Banque Mondiale ont stigmatisé les performances de cette réforme, particulièrement en ce qui concerne l’accès à l’université et l’insertion des diplômés dans le marché de l’emploi. Suite à ce constat amère et se fondant sur l’analyse rigoureuse d’autres disfonctionnements de cette réforme, le Conseil Supérieur de l’Enseignement (CSE) a réagi en 2008 en décidant un programme d’urgence, étalé sur trois ans ( 2009-2012) comportant un certain nombre de mesures dont l’accélération de l’application de cette réforme, l’orientation massive des jeunes vers les filières scientifiques et techniques courtes, en les poussant à constituer eux-mêmes leur parcours universitaire et participer activement à leur formation ;                                                                                                                                                                                                                                                                        l’augmentation de la capacité d’accueil en construisant de nouveaux établissements universitaires, le renforcement de l’utilisation des techniques d’information et de communication (TIC), l’apprentissage des langues étrangères et le développement de la recherche scientifique et technique.

 

Cependant dans la pratique, même si en apparence les choses sont simples, elles se compliquent dès qu’on rentre dans les faits. Les effets bénéfiques de cette  réforme basée sur le LMD n’ont pu être totalement observés pour plusieurs raisons, dont en particulier le manque de moyens financiers, un corps enseignant qui n’a pas été assez sensibilisé, l’absence de motivation chez les étudiants et surtout le manque d’implication de l’entreprise. A propos du problème financier et face aux objectifs affichés, l’enveloppe des 42 milliards de DH qui a été dégagée pour le financement de cette réforme s’est révélée être insuffisante, d’autant plus que 80% de cette somme à peu près va aux salaires. Par ailleurs, à cause des déperditions,  l’application du système LMD revient chère : d’après le rapport de la Banque mondiale de 2010, la scolarité d’un étudiant au Maroc revient en moyenne à 3200 dollars par an contre seulement 2000 en Tunisie, pays à économie comparable et où un diplômé revient à 203 % du PIB par habitant contre 759 % au Maroc. Et suite au durcissement de la contrainte budgétaire, entrainé à la fois par la crise économique et l’évolution dans le désengagement général de l’Etat, le taux d’engagement des crédits est resté faible, plus de 70% pour les nouvelles constructions et le fonctionnement. A cela s’ajoutent des restrictions budgétaires opérées courant 2011, allant jusqu’à plus de 30% du budget du programme d’urgence, voire plus de 50% des vacations de certaines universités. Autant dire que la marge de manœuvre pour la réforme était faible. Conséquences : l’enseignement supérieur demeure moins performant  au niveau de l’accès à l’université, du nombre de diplômés formés par an et de la qualité de la recherche scientifique ; d’autre part, de nombreux problèmes pédagogiques sont apparus surtout dans les facultés à accès ouvert.

Concernant l’accès à l’enseignement supérieur, en 2010, la tranche d’âge des jeunes 19-23 ans scolarisés dans les universités est resté limité à 12% contre 39% enregistré en Tunisie. En  2010-2011, ce pays compte 3240 étudiants pour 100 000 habitants, contre 1556  au Maroc, dont la majorité s’inscrit dans les facultés à accès ouvert. Pour ce qui est du nombre de diplômés, en 2009-2010 la Tunisie  a formé 86000, le Maroc seulement 40 000. Quand à la recherche scientifique qui nécessite des investissements considérables et dont le système LMD vise à développer la qualité, puisque les laboratoires des facultés doivent être équipés pour pouvoir accueillir les étudiants en première et deuxième année de master et les étudiants en troisième année de licence pour des stages de 6 à 8 mois et les diplômes de fin d’étude, elle est moins développée qu’en Tunisie. Une étude récente de l’agence Thomson Reuters le confirme en indiquant que la production scientifique de ce pays en 2010, largement ouverte à l’international, représenté 45% de la production totale du Maghreb et le nombre de publications par million d’habitants est de 4300 contre 3100 au Maroc. Les efforts accomplis pour mettre les facultés en relation directe avec les entreprises, dans le domaine de la recherche appliquée comme l’innovation  et le transfert de technologie ne sont pas toujours concluants. Les procédures d’obtention des crédits soumis à la pression des impératifs de rentabilité à bref délai sont de plus en plus compliquées. Alors que dans beaucoup de domaines, les solutions, bien qu’elles n’apparaissent qu’à long terme, viennent plutôt de la recherche fondamentale, à part les mathématiques, rares sont les disciplines scientifiques qui se lancent dans ce domaine de haut niveau contrairement à la Tunisie.

 

Les établissements les plus marqués par ce climat d’austérité financière, sont les facultés à accès ouvert. A cause de la massification des effectifs, chaque année elles connaissent un  manque de locaux, de moyens matériels et surtout humains, en  particulier les facultés poly-disciplinaires. Ce qui engendre d’importants problèmes pédagogiques : les procédures de contrôle et de garantie de la qualité sont loin d’être standardisées et généralisées ; le système d’informatique pour la gestion des affaires estudiantines (informations, diplômes…) qui doit fonctionner en réseau pour l’optimisation de moyens pédagogiques n’est pas assez développé, surtout pour les universités dont certains établissements se trouvent à plus de cent kms les uns des autres (Oujda, Fes, Agadir). Quand aux enseignants, constitués d’une majorité de jeunes non expérimentés, ils ne semblent pas croire à cette réforme, d’une part parce qu’ils n’y ont pas été associés et d’autre part parce qu’ils sont conscients de l’insuffisance des moyens disponibles pour réaliser le projet. Certaines de leurs inquiétudes sont liées à la fin du cadre national des diplômes et par conséquent à l’augmentation des inégalités entre universités. Manquant de formation préalable,  ils avouent leurs difficultés à maitriser toutes les subtilités du système LMD, lui reprochant de n’être que le système classique émanant de la loi 01-00, auquel on a apporté quelques changements : pratiquement on continue à assurer les mêmes enseignements avec les mêmes contenus. Les conditions de travail sont plus stressantes que par le passé et créent un certain mal-être des enseignants qui ont mal accepté que leurs tâches se réduisent à passer plus de temps dans les évaluations : contrôles continus, contrôle final et rattrapages, que de dispenser des cours et faire de la recherche ; d’autres, dans des facultés de droit où leur nombre est nettement insuffisant se trouvent à corriger dans un laps de temps très limité de 700 à 1000 copies d’examen ou de nombreux projets de fin d’études, ce qui fait planer des doutes quant à la qualité des contrôles. etc. L’enseignement professionnel connait lui aussi de graves lacunes. Certaines facultés ont ouvert un grand nombre de masters (masters professionnels et masters recherche) dont certains, faute d’insertion professionnelle, vont disparaître par déficit d’étudiants. La multiplication des licences professionnelles est devenue synonyme d’une illisibilité du système et d’une incompatibilité des formations d’une faculté à l’autre.

Quand aux nouveaux inscrits, ils arrivent insuffisamment préparés pour des études supérieures. Les services d’information et d’orientation destinées à les aider et accompagner durant leur parcours universitaire et qui s’inscrivent au cœur même de l’action pédagogique préconisée par le système LMD, sont de plus  en plus débordés par des effectifs d’étudiants en hausse permanente. Acceptés avec un niveau du bac de plus en plus bas, beaucoup de jeunes ne croient pas à la vertu des études longues et cherchent à acquérir un diplôme permettant d’entrer plus rapidement dans la vie professionnelle, considérant la préparation à un métier comme essentielle. La contribution à la progression des savoirs, la transmission des valeurs et le développement de l’esprit critique semblent occuper une place marginale. Ils s’inscrivent dans les filières enseignées en français, une langue qu’ils ne maitrisent pas, mais qui reste la seule langue avec laquelle sont enseignées les matières scientifiques et techniques et un atout majeur pour faire carrière au Maroc, quoique devenue même en France inadaptée pour l’enseignement de certaines disciplines pointues. Plus de 60% d’entre eux choisissent les filières juridiques et littéraires où un faible niveau en français est perçu comme moins handicapant. Dans les modules d’apprentissage des techniques d’expression et de communication et des langues étrangères, l’encadrement formé de vacataires en nombre insuffisant et mal préparés laisse beaucoup à désirer. La présence des étudiants lors des séances obligatoires de travaux dirigés où les groupes peuvent dépasser les 60 étudiants au lieu des 25 requis par le système LMD devient difficile de vérifier. Un enseignant ajoute : « L’enseignement semestriel donne lieu à des cours étalés sur seulement deux mois et demi. C’est trop condensé. Il y a clairement un problème d’assimilation pour les étudiants. Par ailleurs, la question de l’absentéisme est loin d’être réglée : avec les multiples rattrapages possibles, il y a beaucoup de chevauchements de cours et donc des absences. ». Dans certaines facultés il faut mener le combat contre les mauvaises habitudes : l’irresponsabilité, l’absentéisme injustifié voir même le mercantilisme de certains enseignants dont sont victimes et les étudiants et la réputation de l’établissement. Conséquences de tous ces disfonctionnements : un taux élevé d’échec dans les examens, d’abandons en cours d’année et d’encombrements dans les filières réputées pour leurs faibles débouchés, mais qui attirent en raison de l’absence de sélectivité ; des facultés des Lettres et Sciences humaines et des facultés des Sciences juridiques, économiques et sociales considérées comme « des voies de garage et des fabriques de chômeurs. ».Ce qui explique que chaque année, des milliers de jeunes poursuivent des études dans des filières générales sans obtenir de diplôme et se présentent sur le marché de l’emploi sans qualification, connaissant des difficultés importantes d’insertion. Ce qui  fait douter de l’efficacité de cette réforme.

 

L’autre condition de la réussite de la réforme basée sur le LMD, c’est de s’assurer de l’implication de l’entreprise .A propos de cette implication, un spécialiste du marché du travail écrit :

« .Parler aujourd’hui du LMD sans que l’acteur principal, à savoir l’entreprise, ne soit partie prenante semble relever carrément de l’incohérence et de la gageure ».

Comme le préconise le système LMD, l’entreprise devrait devenir partenaire et discuter avec l’université pour évaluer les besoins de l’économie. Ceci est difficile à imaginer entre une université ouverte à l’extérieur et qui prône le système LMD symbole de modernité et un système économique classé comme un secteur primaire (agriculture, pêche et textile) où plus de 50 % de la population vit de l’agriculture qui, avec les services, constitue l’un des principaux secteurs pourvoyeurs d’emplois. Bien qu’elle dépend des aléas climatiques, l’agriculture reste l’activité essentielle du pays, et ne contribue que pour 17 % au PIB. Quand aux petites et moyennes entreprises (PME), elles ne participent qu’à hauteur de 20% de la valeur ajoutée. Elles sont caractérisées par la persistance des structures familiales dont elles n’arrivent pas à se détacher pour leur mise à niveau, innover et mettre sur le marché de nouveaux produits plus compétitifs tant au niveau de la qualité qu’à celui des prix. Quand à la Recherche et Développement(R& D), seul 0, 85 % se fait dans le secteur privé, contre 1% en Tunisie. Les domaines d’activités des PME les plus répandus tels que l’agroalimentaire et le textile, utilisent encore des technologies dépassées et manquent de méthodes modernes de gestion et de systèmes d’information performants. Beaucoup sont spécialisées dans la production de biens à basse ou moyenne technologie. Elles emploient les diplômés de la formation professionnelle, genre techniciens spécialisés et les titulaires de bac à qui l’on peut confier toutes sortes de tâches et que l’on peut rémunérer modestement. Ainsi, aussi bien chez le secteur primaire que chez celui des services, la majorité des emplois proposés sont toujours de faible qualification. L’harmonisation entre leurs besoins et l’offre des compétences formées par l’enseignement supérieur devient ainsi difficile. Or les PME doivent absolument se moderniser pour pouvoir affronter la compétition mondiale, et créer de la richesse. Il leur faut pour cela du sang neuf. C’est naturellement au sein des universités et des écoles supérieures qu’elles trouveront les solutions à leurs difficultés. En améliorant l’enseignement supérieur, l’Etat cherche à les pousser dans ce sens en modernisant son économie par le lancement des grands chantiers du Plan National de l’Emergence Industrielle (PNEI), comprenant des usines d’assemblage de voitures, des industries d’aéronautique, d’électronique, d’informatique ; en  mettant en place de technopôles associant entreprises et universités pour l’encouragement au développement d’industries, de services et de transfert de technologies vers les acteurs locaux  et en mettant en place également des Centres d’Innovation Technologiques (CIT) jouant le rôle d’incubateurs d’entreprises innovantes. Seule une économie basée sur la science et la technologie est susceptible de préparer le terrain à un véritable partenariat entre entreprises et universités. Ce qui contribue au développement des relations économiques et de coopération universitaire, scientifiques et technique et de mobilité des étudiants et des chercheurs  entre le Maroc et des pays industrialisés comme ceux de l’UE

 

Cependant, selon un expert, si le processus de Bologne encourage la mobilité pour  concurrencer les universités américaines en attirant les étudiants du monde entier,  il « vise aussi à être plus attractif vis-à-vis des étudiants maghrébins, dans le cadre d’une coopération élargie entre les pays du Maghreb et ceux de l’Union Européenne » et s’il présente un pas de plus dans l’intégration européenne et témoigne d’une volonté commune des Etats de l’UE de relever les défis que leur lancent les Etats-Unis et la Chine, c’est que les enjeuxde la coopération universitaire internationale sont aujourd’hui multiples : politique, culturel, scientifique et surtout économique. Dans un contexte où les progrès technologiques et scientifiques évoluent rapidement, et où les emplois requièrent un niveau de plus en plus élevé de connaissances et de compétences techniques, l’enseignement supérieur apparaît comme un levier économiquement important. Le savoir est de plus en plus perçu comme une marchandise et les étudiants comme des clients. Mais la coopération entre des pays comme ceux de l’UE et le Maroc est plutôt favorable à ces pays qui tirent de grands profits de la marchandisation et de la commercialisation de l’enseignement supérieur à travers la mobilité prônée par le système LMD comme le constate un observateur qui écrit : « Les responsables des universités des pays de l’UE ont opté pour la commercialisation en affichant leur volonté de recruter davantage d’étudiants étrangers afin de maintenir une masse critique suffisante pour pouvoir continuer à offrir des prestations variées à un coût raisonnable ». Comme les pays d’Amérique du Nord, les pays de l’UE  font de plus en plus la promotion de leur enseignement supérieur afin de l’exporter, en vendant des programmes d’enseignement de masters à des institutions des pays du Moyen Orient et d’Afrique. D’après une étude de l’UNESCO de 2005, les revenus dégagés par les Etats-Unis en 2002,correspondant aux frais de voyage, de scolarité et de subsistance de leurs étudiants étrangers et aux ventes de leurs programmes de masters à l’étranger, ont été chiffrés à 10 milliards de dollars à peu près, soit largement plus que le montant du financement public de l’enseignement supérieur de toute l’Amérique latine. En France, parlant de la rentrée universitaire 2012-2013, le président de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) affirme que les étudiants étrangers  constituent une source de financement évaluée à 5 milliards d’euros par an. Ce qui montre toute l’importance économique de l’enseignement supérieur dans la mondialisation. La mobilité plus perceptible en milieu estudiantin est considérée comme l’une des conditions de la réalité de la qualité et de l’excellence d’un enseignement supérieur. Mais, comme le fait remarquer un expert, la coopération « veut faciliter la mobilité dans le sens Maghreb-Europe. » et plus grave encore  «  permettre un contrôle du champ universitaire et son orientation en fonction d’objectifs politique et économiques définis par les pays d’Europe eux-mêmes », ce qui constitue un risque de perdre toute souveraineté dans l’orientation de l’enseignement supérieur national. Ce risque existe  déjà au niveau de certains établissements d’enseignement supérieurs privés marocains où des structures internationales : américaines, canadiennes, belges et françaises en particulier sont entrain de fournir les formations les plus rentables (gestion, marketing, finances, informatique …) sans se soucier des valeurs et priorités nationales. Chaque institution privée qui cible les étudiants les plus solvables appartenant aux couches les plus aisées, applique un LMD qui l’arrange, n’obéissant à aucun cadrage national, en ce sens que les offres de formation ainsi que les programmes qui en découlent lui sont spécifiques et destinés à répondre aux besoins d’un certain nombre limité d’entreprises liées à ces institutions C’est pourquoi, il convient de rester vigilant plus que jamais vis-à-vis des contenus des programmes, du corps enseignant et des diplômes du secteur de l’enseignement supérieur privé, comme l’ont souligné certains pays d’Amérique latine  dans une de leur réunion : «  la libéralisation non contrôlée de l’enseignement supérieur conduirait à sa déréglementation, à aggraver les inégalités sociales, à une standardisation de l’enseignement et par conséquent à la négation de la souveraineté d’une nation. », bien que l’avantage pour un Etat n’ayant pas les moyens de répondre à une demande sans cesse croissante et variée, est de se décharger en particulier sur ce secteur, en l’encourageant à investir davantage dans l’enseignement supérieur et de soulager ainsi la pression budgétaire. Car de plus en plus, le financement de l’enseignement supérieur n’est plus considéré comme une aide sociale mais comme un investissement dont on attend un retour. D’ailleurs, au Maroc, ça a commencé par la promulgation des textes qui prévoient le paiement de frais d’inscription dans les universités existent, et finiront un jour par être appliqués. Les conditions financières et le numérus clausus qui jouent un rôle essentiel dont bénéficient des établissements publics comme les facultés de médecine et de chirurgie dentaire, les écoles d’ingénieurs, les Facultés des Sciences et Techniques (FST), les Ecoles Nationales de Commerces et de Gestion (ENCG) dont la majorité des étudiants sont issus de la classe moyenne, jouent un rôle essentiel dans l’amélioration de la qualité des services de ces établissements. La marchandisation de leurs services dans certaines conditions, ne peut présenter que des avantages supplémentaires: intensification de la course à l’excellence et une concurrence productive entre établissements en vue d’attirer les meilleurs étudiants, en l’occurrence étrangers et les meilleurs enseignants pour arriver à une meilleure qualité de formation et par conséquent un renforcement de leur réputation sur le plan national, voir même international. Il est à prévoir que cette marchandisation va devenir de plus en plus présente dans la gestion des universités et progressivement un ordre quasi-marchand va se substituer au service public caractérisé par la gratuité. La concurrence entre établissements de l’enseignement supérieur va conduire à une dualité avec d’un côté de grandes universités fournissant des formations pointues payantes et de l’autre de petites universités se recentrant sur les filières professionnalisantes.

Conclusion : avec le système LMD et la libéralisation de l’enseignement supérieur, la dualité de l’enseignement divisé entre filières sélectives et filières générales ouvertes devient ainsi plus renforcée que par le passé. Ce qui accentue les inégalités dans l’accès à l’enseignement supérieur et peut être à l’opportunité d’un emploi.

Car, « Parler d’adéquation entre emploi et formation n’a aucun sens .Qui peut dire, aujourd’hui, au système éducatif, ce que seront les emplois de demain ? Personne.» a souligné un connaisseur du marché de l’emploi au Maroc. En effet, ce marché dépend souvent de facteurs socioéconomiques imprévisibles tels que l’absence de correspondance entre les aspirations personnelles des jeunes et les possibilités offertes sur le terrain ; beaucoup préfèrent la recherche d’emploi dans le secteur public qui est plus sécurisant, oubliant que ce secteur et tout particulièrement celui de l’éducation nationale est saturé. Ce que révèle une enquête du Haut Commissariat au Plan (HPC) : l’initiative personnelle, visant la création d’entreprise est très limitée, car plus de 70% des diplômés chômeurs désirent travailler en tant que salariés. Dès fois la production de diplômés excède les besoins de l’économie dans plusieurs secteurs, tels que les diplômés en sciences politiques, juridiques, sociologie, histoire… C’est un marché qui dépend également de critères irrationnels : changer les mauvaises habitudes comme celle du recours au « piston » est un véritable défi ; que l’on soit au Maroc, en Europe, aux Etats-Unis ou ailleurs, les jeunes issus de familles aisées, avantagés déjà par d’autres facteurs, trouveront tout le soutien financier nécessaire pendant les années d’études qui leur permettront d’être dans de bonnes conditions pour réussir dans une faculté à accès limité ou des établissements privés de commerce ou de gestion.. Grâce au jeu des alliances et des amitiés, ils pourront trouver en plus facilement un emploi, sans qu’ils soient obligés de passer par des services du marché du travail tels que l’ANAPEC ou les programmes d’aide à l’insertion. Par conséquent le système LMD  « n’est pas l’expédient miracle s’il n’est pas, amendé, modulé, adapté aux besoins sociaux avant d’être adopté » comme l’écrit un collègue qui ajoute « Est-il raisonnable de demander à un jeune de 18-19 ans d’avoir un projet professionnel qui l’engage pour presque toute sa vie dès son entrée à l’université, alors que rien ne l’avait préparé à avoir une autonomie ou un potentiel de décision durant son parcours dans le lycée, comme cela se fait dans les pays européens?. »

Moderniser l’enseignement supérieur, ne veut pas dire appliquer intégralement celui en vigueur dans certains pays développés où, « pris dans la tourmente d’une compétition sauvage, leur système d’enseignement supérieur est entaché de plus en plus de cas de tentatives de corruption et où la pression exercée sur la conduite par la science et la marchandisation est très bien connue : publier plus rapidement, finir avant la concurrence, fabriquer même des méthodes ou des résultats, donc mentir. » Le LMD n’est pas la solution universelle des universités du monde entier. D’ailleurs, après avoir lancé l’idée de son architecture en 1998 et l’expérimenté .par un nombre limité d’universités des pays de l’UE, la France ne l’a généralisé qu’à partir de 2003 et ce n’est qu’en 2005, que les pays de l’UE ont décidé d’accélérer le processus et de l’étendre au cycle doctoral. C’est dire que ce système n’a été mis progressivement en place, qu’après l’avoir essayé et  situé dans le contexte économique et social de chacun de ces pays. Le Maroc a des spécificités qui lui sont propres : culturelles, linguistiques, sociales, politiques et économiques. Tout en s’inscrivant dans une dynamique nouvelle, la réforme basée sur le système LMD doit les respecter. L’adopter ne veut pas dire fragiliser les sciences humaines, c'est-à-dire les domaines les moins rentables, plutôt que de  former autrement les jeunes qui les ont choisies pour répondre à des  besoins de la société ; ce n’est pas non plus dispenser des formations qui ne tiennent pas compte de la réalité économique. Conçue initialement pour accueillir un nombre limité d’étudiants destinés à devenir des élites, ce qui est son rôle essentiel, à cause d’une démographie galopante, l’université d’aujourd’hui doit faire face pendant les années à venir à des effectifs estudiantins pléthoriques et insuffisants au niveau des enseignants. Ce qui risque d’occasionner encore d’autres disfonctionnements du système d’enseignement supérieur qui subit toujours les déficiences de l’enseignement secondaire, tant que certains maux de sous développement propres à la société marocaine qui ont des répercussions sur le système éducatif, tel que l’analphabétisme, n’auraient pas disparu. L’université qui joue un rôle fondamental dans la consolidation des droits de l’homme et de la justice doit être accessible à tous sur la base du mérite(UNESCO1998).                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Elle doit être la source des connaissances scientifiques et technologiques nécessaires pour lever les défis du développement durable et de la mondialisation., former des élites capables de produire du savoir, tout en jouant librement son rôle fondamental dans l’avancement des idées et l’émancipation d’une société avide de savoirs, de démocratie, de progrès et de liberté. Pour arriver à atteindre de tels objectifs, il faut avoir les moyens financiers et humains pour appliquer un autre système LMD repensé, impliquant sans hésitation l’adhésion de l’entreprise, du corps enseignant, des étudiants, des parents, des syndicats, des collectivités locales et de toute la société civile.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

 

 

 

                                                    

          



Calendrier
« Octobre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
Espace Membre

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Dernières modifications